Amis des Manga


Vocabulaire spécifique

Le manga et tout ce qui l’entoure a un vocabulaire spécifique. Voici quelques unes des  notions les plus courantes :

– Bishōnen : Joli garçon, presque androgyne.

– Bishōjo : Jolie fille.

– Cosplay : Le terme « CosPlay » vient d’une contraction entre deux mots qui sont « Costume » et « Player », qui est une pratique visant à se déguiser en personnage célèbre de manga, de jeu vidéo ou tout simplement en star japonaise. Les « cosplayers » se rencontrent fréquemment et reconstituent les scènes mythiques associées à leur personnage.

– Dōjinshi : Production amateur, souvent parodique. Fanzine réalisé par des auteurs non professionnels ou reconnus qui en apprécient la liberté éditoriale. Ces publications non officielles sont souvent des parodies de manga célèbres et se vendent dans le circuit de conventions spécifiques.

– Dôjinshika : Auteur de dôjinshi.

– Fan fiction : Littéralement « histoire écrite par un fan » ; récit à but non lucratif reprenant le monde d’un manga (ou plus largement d’un jeu vidéo, d’un livre…), dans lequel l’auteur y fait évoluer les personnages à son gré.

– Fan service : Ensemble d’éléments destinés à attirer l’amateur de manga et d’anime en assouvissant sa pulsion voyeuriste.

– Lemon : Fan fiction (récit écrit) à caractère érotique ou pornographique mettant en scène des personnages du monde du manga, de la japanimation ou des jeux vidéo

– Lime : Fan fiction (récit écrit) romantique avec des scènes érotiques simplement suggérées et mettant en scène des personnages du monde du manga, de la japanimation ou des jeux vidéo.

– Mangaka : Un dessinateur de manga.

– Mecha (ou meka) : Utilisé très souvent pour les manga et / ou animes sur les robots ou armures de combat revêtues par les personnages. Le terme vient du mot anglo-saxon « mechanic » traduit littéralement par « mécanique ». Exemple: les séries Mobile Suit Gundam.

– Otaku : Si, en Occident, ce terme désigne de manière générale un passionné de manga, au Japon il a une signification différente et péjorative. Il désigne une personne tellement passionnée par un sujet (une série TV, des maquettes, une chanteuse…) qu’il finit par se couper du monde réel en s’enfermant dans un monde intérieur (sa chambre, par exemple, remplie de figurines et de posters de son idole, que l’on retrouve dans GTO (Noboru Yoshikawa))

– Yonkoma : bande dessinée en quatre cases étagées, le plus souvent humoristiques.